Je décide

Aujourd'hui, je décide dee Ne pas surmonter les obstacles mais de réduire leur importance.

De me détacher. Ce n’est pas sous-estimer, nier ou négliger, c’est prendre de la distance.

Pas de jugement, les gens ne sont ni « bon »  ni « mauvais », pas d’idéalisation. Les gens sont comme ils sont c’est tout.

culpabilité 2

Je décide de ne pas avoir de remords, ni de culpabilité.

Je décide que je n’aurai pas de critique.

Je décide de ne pas vénérez pas non plus. L’idéalisation est l’excès. L’idéalisation est le pendant de la culpabilité.

Je m’accepte comme je suis. Tout est parfait, rien  à enlever, rien à ajouter.

Lâcher prise : c’est s’offrir le luxe d’une paix intérieure.

A chacun ses croyances, je décide que :

Le combat est inutile, se battre c’est perdre de l’énergie. La résistance est mon billet d’entrer en enfer. La résistance est la cause de ma souffrance. La résistance est la fin, le ralentissement, le mur, la prison, l’obstacle.

Je décide que mon Anti dote de la souffrance : c’est l’humour, la joie, l’amour, le bonheur,…l’AUTO DERISION

Quand j’ai un problème je décide que ma question doit être : 

A quoi je m’attache ?

Qu’est ce qui sollicite mon énergie, mon attention plus que suffisamment ?

Qu’est ce qui me détourne de qui je veux être ?

Quel est mon objectif ?

Quelle est la version la plus élevée de moi-même ?

Je décide d’

Accepter de ne pas tout savoir, et comprendre qu’on peut aider les autres, juste en étant, car l’univers qui agit en nous. Je n’ai pas la direction. C’est l’univers qui conduit, qui a le volant. Moi je peux choisir mon chemin mais j’irai toujours à la fin là où mon âme aura choisi d’être.

choix chemin

Je décide d’

Etre spontanée, légère, intuitive,

Je décide de m’adapter,

Je décide d’être souple, d’improviser

bateau bulle

Chaque fois que j’ai une douleur au dos, c’est qu’il y a eu une tension aux muscles. Si je m’aperçois suffisamment tôt je peux relâcher la pression et me distancer du problème, de la tension, ARRETER DE RESISTER à ce qui me dérange, qui m’ennuie, qui me contrarie.

Je décide de Ne pas se laisser contrarier.

Je décide que quoi qu’il arrive rien n’a d’influence sur l’humeur que j’ai envie d’avoir. Si je suis la joie, si je veux avoir de la joie, rien ne m’en empêchera.

Je décide de Ne pas penser. AGIR. Ne pas être en Ré ACTION, mais en action.

Je décide que quand le manque de quelque chose sollicite mon attention, je me trouve un autre objectif. Je décide de tourner mon attention vers qui je veux vraiment être.

Je décide de Ne pas viser de résultat, mais la joie ou l’émotion de plaisir dans ce que je  fais à L’instant présent.

Quand je m’attache à quelque chose, je m’en soucis, je me fais du souci, je me crée des peurs, des craintes, des doutes, des appréhensions.

Je décide de Ne pas me vanter, car idéaliser, C’est trop s’attacher.

Il y a un problème ? c’est qu’il y a toujours une solution, il n’y a pas qu’une solution d’ailleurs. Il y a une multitude de solutions.

Je décide que La valeur, c’est du jugement.

Je décide que La critique de l’autre, de moi  c’est mon ennemi.

Je décide que mon démon  c’est le  mécontentement, la condamnation, la plainte.

Je décide de ne pas faire de comparaison.

Je décide que l’Autonomie a pour ennemie la dépendance. Le contrôle  alimente mes peurs de ne pas y arriver

d723c45c

FacebookTwitterGoogle+Google GmailOutlook.comLinkedInViadeoPartager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact Form Powered By : XYZScripts.com